Dans la vie de famille, vider un habitat après succession reste un moment délicat. En effet, avec les nombreuses démarches à entamer, il n’est pas toujours facile de gérer cette obligation légale. À noter également que débarrasser la maison d’un proche décédé se veut une tâche émotionnellement intense. Par ailleurs, le partage de biens entre les nombreux héritiers s’annonce généralement complexe. Ainsi, le notaire joue un rôle crucial dans l’organisation de la succession. Mais qu’en est-il des obligations légales et des réglementations en vigueur concernant une succession ?

Succession : que dit la loi ?

Le Code civil consigne les dispositions en relation avec l’organisation d’une succession. Selon l’article 1006 du Code civil, le légataire universel reçoit l’intégralité de la succession, en cas d’absence d’héritier réservataire (conjoint ou enfant), au décès du testateur. Le testament, validé par un notaire, sera rendu public via un procès-verbal. Il restera donc à la disposition de tous ceux qui veulent éventuellement s’opposer à la réalisation de la succession.

Ainsi, légalement, il ne faut jamais vider l’habitat d’une personne défunte avant que la succession ne soit clôturée par un notaire. Toucher aux biens d’un défunt avant la succession est abusif aux yeux de la loi.

Comment vider une maison après succession ?

Dès que la succession est organisée, vous avez la possibilité de penser aux modalités pour vider l’habitat. Afin de vous faciliter la tâche, avoir recours à un professionnel en débarras reste une solution adéquate. L’équipe se charge de trier, de jeter et de conserver les affaires, à vos côtés, selon vos souhaits.