L’éjaculation féminine est une expulsion de liquide chez la femme pendant les rapports sexuels. Elle est souvent provoquée par une forte excitation, sans que cela ne soit nécessairement lié à l’orgasme. Les femmes chez qui l’éjaculation féminine se produit sont souvent appelées les femmes fontaines. Vous souhaitez en savoir plus à ce sujet ? Petit détour dans des couloirs peu connus de l’univers du plaisir féminin.

Découvrez l’éjaculation féminine

Avant tout, sachez qu’il s’agit d’un phénomène à la fois naturel et normal. L’éjaculation féminine est une expulsion excessive de liquide par la femme lors des rapports sexuels. Ce liquide clair est en fait issu d’un organe de 2 à 3 grammes qui s’apparente à la prostate masculine, et qui se situe entre le vagin et l’urètre, appelé glandes para-urétrales ou glandes de Skene. Le liquide sécrété par ces glandes présente les mêmes caractéristiques qu’un liquide issu de la prostate masculine. C’est une sécrétion qui contient du PSA, des phosphates acides ou encore du zinc. Nous notons également sur la base de certaines études une présence d’urée et de créatinine dans ce liquide, même si elles sont en concentration réduite.

Notez cependant que l’éjaculation féminine ne se produit pas chez toutes les femmes. On estime qu’entre 10 et 40% environ des femmes peuvent “éjaculer” ce liquide pendant un rapport sexuel, et que même chez ces femmes le phénomène reste assez rare. Il se caractérise bien évidemment par sa quantité, mais aussi par son apparence et par sa texture. Ainsi, vous pouvez remarquer un éjaculat féminin avec un liquide clair ou laiteux, comme il peut avoir une texture aqueuse ou collante. En termes de quantité, ce liquide peut aussi bien sortir en l’équivalent d’une cuillère à café qu’en un volume proche de celui d’une tasse pleine. Il n’en demeure pas moins que cet éjaculat peut passer inaperçu et se mélanger aux sécrétions vaginales, tel que le souligne le Dr Pierre Desvaux, sexologue, andrologue et directeur d’enseignement à l’Université Paris-Descartes.

Les femmes fontaines

L’expression « femmes fontaines » est généralement utilisée pour désigner les femmes qui expulsent une très grande quantité de liquide au cours des relations sexuelles. Il n’est pas toujours évident d’identifier ce type de femme. Elles n’en sont souvent pas elles-mêmes conscientes, étant donné que les sécrétions des glandes de Skene entrent naturellement dans la composition de la lubrification vaginale. Qui plus est, aux États-Unis, certaines femmes ont été traitées à tort pour incontinence urinaire, alors qu’en réalité il s’agissait de femmes fontaines.

Par ailleurs, si nous vous disions en amont que l’éjaculation féminine n’était pas nécessairement liée à l’orgasme, il faut croire qu’à certains égards, un lien peut être établi in fine. De fait, en compagnie de certains partenaires sexuels, il existe des femmes qui se laissent totalement aller à un sentiment de confiance et d’abandon. Avec ces partenaires, elles se sentent plus à leur aise, ces derniers étant focalisés sur leur plaisir et plus attentifs à leurs réactions. Un tel partenaire est en fait plus sensible. C’est l’idée que soutient aussi le sociologue Jacques Salomé, qui a d’ailleurs abordé la question dans un de ses ouvrages, où certaines femmes affirment n’avoir découvert l’éjaculation féminine qu’avec un partenaire, alors qu’elles en avaient pourtant connu d’autres.