Le terme aérodynamisme fait référence à la science qui étudie les forces exercées par l’air sur les objets en mouvement. C’est la dynamique d’écoulement de l’air sur les corps solides en déplacement.

Le principe de l’aérodynamisme (cas d’un avion)

Développée vers la fin du 19e siècle, la notion de l’aérodynamisme est principalement utilisée dans la mécanique-avion pour qualifier un appareil sur lequel l’écoulement de l’air est optimal. Cette faible résistance à l’air est déterminée par 4 principaux facteurs :

  • La portance ;
  • Le poids ;
  • La poussée ;
  • La traînée.

La portance, c’est la force qui s’applique à l’opposé du poids et qui permet à l’appareil de s’élever et de se maintenir en altitude. Mathématiquement supérieure ou égale au poids, elle est engendrée par l’Effet Venturi. En effet, lorsqu’un avion se déplace, la force exercée par l’accélération des gaz (la poussée) crée un mouvement opposé à la direction du vent. Cette réaction divise le vent relatif (l’air qui vient de face) en deux : une partie qui passe par l’extrados et une autre qui passe par l’intrados. Lors du décollage, les molécules d’air sont accélérées durant leur passage au-dessus des ailes. Cela crée une surpression dans l’espace intrados et une dépression dans l’extrados. Cette dynamique de l’air augmente l’intensité de la portance et fait voler l’avion.

Quant à elle, la traînée est la force opposée à la poussée au mouvement de l’avion. Elle est proportionnelle à l’intensité de la poussée. Plus elle est faible, plus la poussée sera importante. Elle se décompose en trois forces différentes : la traînée de frottement (la plus importante pour les corps profilés), la traînée induite et la traînée de forme.

En résumé, le principe de l’aérodynamisme repose sur 4 fondamentaux : la portance, la poussée, le poids et la traînée. Lorsqu’elles sont bien appliquées, ces forces définissent les capacités aérodynamiques de tout corps solide en mouvement.