Dernière console de Nintendo, la Switch est la version améliorée de la Wii U. Il s’agit d’un modèle hybride qui fait rêver en raison de ses fonctionnalités et de ses performances. Depuis sa sortie, elle connaît un énorme succès. Elle est d’ailleurs classée parmi les consoles les mieux vendues du moment, et ce, au niveau mondial.

Attention, le fait de cracker sa console de jeu n’est pas illégal ! Cependant, le faire pour jouer à des jeux piratés l’est totalement ! Nous vous déconseillons très fortement d’essayer de cracker votre switch si votre objectif est de jouer illégalement. Gardez bien en tête que cette pratique est répréhensible par la loi et à juste cause !

MISE A JOUR : Il est actuellement impossible de cracker les nouvelles switch et les switch Lite.

La faille de la Nintendo Switch dévoilée au grand jour

Tout hacker qui se respecte se doit de savoir qu’il est important de détecter les failles de sécurité si l’on souhaite s’introduire dans un programme. Bien que les concepteurs de consoles tentent de mettre au point des appareils sécurisés et non piratables, les groupes de hackers trouvent toujours le moyen de s’infiltrer dans les systèmes informatiques.

Tout d’abord, il est à préciser que la Nintendo Switch tient son succès de sa polyvalence, ses configurations ainsi que de la diversité des jeux qu’elle propose. Tous ces atouts ont fait de cette console la cible numéro un de tous les experts de piratage. Maîtrisant parfaitement le sujet, les hackers professionnels se sont attelés à la recherche d’une éventuelle faille. Après de nombreuses tentatives, le point faible de la console a été finalement détecté. Il s’agit du processeur « Tegra X1 », mis en œuvre par la société nippone Nvidia et également utilisé dans certains smartphones Android. Cette puce est la pièce maîtresse de la Nintendo Switch. Vulnérable et défectueux, le boot ROOM de l’appareil facilite l’accès au système. Ce défaut toucherait dans les 18 000 000 exemplaires du Nintendo Switch vendus partout dans le monde.

Ainsi, la faiblesse principale de cette console concerne son aspect informatique, plus précisément le hardware.

Tout ce qu’il faut savoir avant de hacker la Nintendo Switch

Avant de passer aux choses sérieuses, il est important de bien se préparer. Tout d’abord, il vous faudra acheter votre console Nintendo Switch si vous n’avez pas encore. De nombreux modèles sont disponibles sur internet ou chez les anciens utilisateurs. Notez que les premières versions de la Nintendo Switch sont les plus faciles à pirater. Plus concrètement, optez pour une console qui soit compatible cette faille. Il s’agit des consoles vendues la première année. Il existe des sites spéciaux qui permettent de vérifier le numéro de série de votre appareil et de voir si celui-ci est compatible. Par ailleurs, il existe quelques pistes de piratage pour les versions ultérieures, bien que cela soit encore assez compliqué pour les débutants.

Comment cracker / hacker sa Nintendo Switch? Le Tutoriel détaillé + vidéo

Avez-vous déjà entendu parler du Jailbreak ?

En théorie, c’est une méthode qui consiste à installer des programmes qui ne sont pas pris en compte par la console. On peut citer les jeux vidéo piratés, ou encore certains systèmes d’exploitation permettant d’optimiser la capacité de la console. Le but est d’installer mille et une fonctionnalités supplémentaires afin de dépasser les limitations de l’appareil en question.

Bien évidemment, ce genre d’opérations nécessite des compétences techniques assez élevées. Cette forme de hacking n’a rien à voir avec les méthodes de hacking malsaines qui consistent à avoir le contrôle de l’appareil d’un autre gamer. L’acquisition d’un module Xecuter SX Pro est ainsi essentielle. Il s’agit d’un dongle intelligemment pensé par la Team Xecuter. C’est à l’aide de ce pack que vous allez pouvoir copier les jeux. Il permettra également le lancement du mode RCM de la console. À titre d’information, le kit comprend un dongle USB, une licence SX OS ainsi qu’un module JIG. Le pack est très pratique de par sa facilité d’utilisation et sa puissance. Très convoité pour le crack, le SX Pro permet de jouer la plupart des jeux disponibles sur le marché. Sachez qu’il est compatible avec toutes les régions et les firmwares de la Nitendo Switch. Vous pourrez même craquer la mise à jour de la version 5.0.2 de firmware !

Il est également important de retenir que les hackers ont mis 90 jours avant de révéler leurs méthodes pour le hacking de la Nintendo Switch. Ce délai correspond à la durée de migration du Failoverflow en logiciel. Mais entre-temps, d’autres groupes de hackers se sont aussi mis sur le sujet et ont proposé des astuces quasiment semblables à cette pratique. En parcourant le site Failoverflow, vous retrouverez toutes les informations nécessaires sur le piratage homebrew de la console.

Les démarches à suivre pour hacker une Nintendo Switch

Tout d’abord, vous devez déplacer le fichier intitulé « Firmware » dans votre carte MicroSD. Celui-ci est disponible lorsque vous téléchargez la licence de SX pro, disponible sur le site suivant : https://sx.xecuter.com/download/. Le transfert du fichier vers votre carte se fera par un simple « copier-coller », rien de plus facile !

Ensuite, il vous faudra allumer le Wi-Fi de la console avant d’éteindre l’appareil. Pour ce faire, appuyez le bouton « Marche-Arrêt ». Vous devez insérer la carte munie du fichier « Firmware » dans la console Nitendo Switch. Après, n’oubliez pas de débrancher la Joy-con droite.

Pour la prochaine étape, vous devez faire passer la console en mode RCM ou ReliabilityCentered Maintenance. Pour ce faire, vous devez placer le dongle USB sur le port USBC et le RCM Jig sur la Joy-con droite. Maintenez simultanément les boutons de volume + ainsi que le bouton « marche-arrêt ».

Par la suite, insérez la ligne de code qui marquera le lancement du hacking de votre console de jeu. C’est l’étape la plus difficile du hacking, selon Failoverflow. En plus de fonctionner sous Linux, votre ordinateur doit aussi être doté d’un port USB EHCI ou xHCI. Vous devez ensuite installer Linux sur votre console Nintendo Switch. SI vous n’avez pas les compétences requises pour mener à bien cette étape, faites-vous aider par un professionnel.

Dès l’apparition du SX OS sur votre écran, vous pouvez retirer le dongle et l’outil. Par la même occasion, vous pourrez aussi remettre votre Joycon droit. Vous devez ensuite démarrer la console sur boot custom firmware ou CFW. Un menu spécial s’affichera dans l’album de votre console après le démarrage. Vous n’aurez plus qu’à procéder à l’activation de la licence. Pour cela, vous devez vous connecter à internet.