L’hypothèque est le droit réel que possède un créancier sur un bien immobilier mis en garantie par une personne pour contracter une dette. L’hypothèque ne dépossède pas l’emprunteur de son droit de pleine propriété. Le prêteur peut obtenir la vente du bien hypothéqué si le débiteur est incapable de le payer.

Le coût d’une hypothèque

L’hypothèque est obligatoirement constatée par un acte notarié. Pour cela, elle est soumise à différents frais, dont les frais de mainlevée d’hypothèque. Ces frais de mainlevée comprennent notamment :

  • Les droits d’enregistrement ;
  • Les émoluments du notaire ;
  • Le salaire du conservateur des hypothèques.

À ces coûts s’ajoutent les frais divers : les bordereaux hypothécaires, les copies exécutoires ou le nombre de timbres fiscaux…

Outre les frais de mainlevée et les frais divers, l’hypothèque est soumise à la contribution de sécurité immobilière. Cette contribution correspond aux 0,05% du montant de l’emprunt hypothécaire. Elle est définie avec une majoration de 20%.

C’est évident, l’hypothèque est une solution pratique pour bénéficier d’un emprunt bancaire. Elle se révèle très avantageuse que vous ayez besoin d’un crédit immobilier ou d’un crédit personnel important. Pour profiter de ses avantages et des meilleurs taux d’intérêt, il est conseillé d’avoir recours à un courtier en crédit immobilier. Les conseils et l’assistance de ce dernier vous seront d’une aide précieuse dans la constitution ainsi que l’inscription de l’hypothèque.

En résumé, l’hypothèque permet au créancier d’avoir une garantie solide sur le remboursement de ce qu’on lui doit. En cas d’insolvabilité avérée de l’emprunteur, il peut mener des démarches pour que le bien immobilier mis en garantie soit vendu et puisse servir pour le remboursement.