À partir d’un certain âge, généralement après la quarantaine, certains hommes sont susceptibles de développer un cancer de la prostate, un mal qui peut pourtant être évité si l’on s’intéresse assez tôt au taux de PSA. De quoi s’agit-il ? Pourquoi et comment le faire baisser ? Explications.

Qu’est-ce que le taux de PSA (antigène prostatique spécifique) ?

Lorsqu’on parle de PSA, on fait référence à une molécule protéique sécrétée par la prostate. En concentration faible dans le sang, le PSA ou antigène prostatique spécifique permet de liquéfier le sperme pour empêcher sa coagulation.

La valeur seuil admise, c’est-à-dire le taux normal de PSA dans le sang d’un homme, est de 4 ng/ml. Plus ce taux est élevé, plus le risque de développer un cancer de la prostate l’est également. Cependant, il est important de garder à l’esprit qu’un taux de PSA élevé ne traduit pas forcément la présence de cette pathologie. Il s’agit tout simplement d’une aide au diagnostic car il indique une activité de la prostate.

Outre le cancer, un taux élevé de PSA peut également provoquer une prostatite (infection de la prostate) ou un adénome (tumeur bénigne de la prostate). Par ailleurs, il faut noter qu’en fonction des antécédents du patient, un taux anormal de PSA peut amener le thérapeute à diagnostiquer le retour éventuel d’un cancer déjà traité. Il pourra alors d’office préconiser la mise en œuvre d’un autre traitement anticancéreux.

Connaître son taux de PSA

Pour mesurer le taux de PSA d’un homme, ce dernier doit se prêter à un examen très simple : la prise de sang. Elle est souvent conseillée aux hommes dont l’âge est compris entre 50 et 75 ans.

Cependant, les hommes de moins de 50 ans peuvent également procéder à un dépistage s’ils ont des antécédents familiaux de cancer prostatique. De même, les sujets appartenant à la population antillaise et africaine sont davantage à risque et il est donc préférable qu’ils se soumettent à cet examen au plus tôt.

Pour faire cet examen, vous n’avez pas besoin d’être à jeun. Si vous avez déjà eu à le passer auparavant, il est préférable de le faire dans le même laboratoire. La disponibilité de deux résultats d’analyse sur des échantillons pris en des périodes différentes permettra alors au médecin traitant de mieux comparer l’évolution du taux.

Comment faire baisser son taux de PSA ?

Si un taux de PSA élevé est révélé après une prise de sang, il est recommandé de refaire une prise de sang afin de le recontrôler. Cependant, il n’existe pas de traitement pour agir sur le taux de PSA avant le dépistage. Autrement dit, il n’y a pas de médicament préventif pour assurer un taux de PSA bas et réduire le risque d’apparition d’un cancer.

En revanche, certains médicaments permettent de réduire le taux de PSA. Ce sont des inhibiteurs qui sont capables de faire baisser de 50% le taux de cet antigène dans l’organisme. Toutefois, ils ne sont pas forcément conseillés, car ils peuvent masquer la présence d’une pathologie grave.

Par conséquent, il est préférable pour les hommes de consulter un spécialiste après le dépistage pour connaître la conduite à tenir. Ainsi, l’avis du spécialiste aidera à éviter les erreurs de traitements dus à un résultat faussé par l’usage de médicaments.

Source : https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-anatomie-et-examens/2488654-taux-psa-normal-eleve-bas/