Lorsqu’on décide de devenir travailleur indépendant, le plus difficile est encore de choisir son statut. Par exemple, le statut du freelance et celui du salarié porté ont chacun des avantages indéniables. Mais lequel est plus adapté à un travailleur indépendant ? On en parle dans cet article.

Le freelancing, de quoi s’agit-il ?

Le terme freelance est un anglicisme qui qualifie les travailleurs indépendants ou autonomes. On parle aussi de travail à son propre compte. Le freelancing se distingue du salariat par la non-relation de subordination entre le prestataire de services et un employeur. En d’autres termes, le travailleur freelance est son propre chef. En fonction de sa disponibilité et des tarifs qu’il pratique, il peut lui-même choisir sa société cliente ou travailler avec plusieurs sociétés.

Ce statut concerne principalement les métiers du web, de l’informatique et de l’art :

  • Le community management
  • Le développement web
  • Le graphisme
  • Le coaching en ligne
  • La photographie
  • La rédaction web…

Travailler en freelance présente des avantages tels que l’autonomie dans le choix du lieu et des horaires de travail. Mais il peut tout de même être épuisant puisque le professionnel gère seul ses missions. Certes, il a la possibilité de faire sous-traiter certaines tâches par un tiers, mais les frais qui en découlent sont entièrement à sa charge.

Qu’est-ce que le portage salarial ?

Le portage salarial est beaucoup moins connu. Pourtant c’est aussi un statut juridique très avantageux pour les travailleurs indépendants : vous pouvez effectuer une simulation de portage salarial pour avoir une idée du salaire net qu’il est possible de percevoir en tant que professionnel porté. Le portage salarial a été créé dans le but d’aider les personnes en quête d’emploi et qui souhaitent avoir une certaine liberté. Le salarié porté se trouve entre le freelance totalement indépendant et le salarié classique. Il bénéficie donc de tous les avantages du freelance auxquels s’ajoutent certains avantages du salariat.

Le portage salarial est basé sur une relation entre le prestataire, le client et la société de portage. Tout comme en freelance, c’est le travailleur qui recherche ses clients, choisit les missions qui lui conviennent et négocie le coût de son intervention. Cependant, les revenus de chaque prestation sont directement versés à la société de portage. Cette dernière rémunère le professionnel sur la base d’un salaire mensuel. L’éventualité d’un défaut de paiement est donc exclue. En retour, la société de portage prélève un pourcentage d’environ 5 à 10% sur le chiffre d’affaires de l’indépendant.

Afin d’exercer ses activités en tant que salarié porté, le professionnel indépendant doit s’inscrire dans une société de portage salarial et signer un contrat de travail. Ici aussi, il n’existe aucune relation de subordination entre le travailleur et la société de portage. Celle-ci peut cependant rompre le contrat si les modalités fixées au départ ne sont pas respectées par le salarié.

Les avantages du portage salarial

Le portage salarial présente de nombreux avantages pour les travailleurs indépendants. Le premier réside dans le fait qu’ils n’ont pas besoin de créer une entreprise ou une structure juridique. Pour se lancer dans ses activités, le professionnel qui choisit le portage salarial est dispensé des démarches administratives et de la plupart des dépenses de démarrage.

Contrairement au freelance classique, le salarié porté bénéficie de conseils et d’une assistance permanente de la part de sa société de portage. Celle-ci s’occupe également de la gestion administrative et comptable de son activité. Choisir ce statut juridique est surtout une occasion pour le travailleur d’agrandir son réseau de clients grâce à une société en relation avec plusieurs autres entreprises. Certaines sociétés de portage proposent même des formations périodiques aux travailleurs avec qui elles sont en contrat.

L’autre avantage majeur du portage salarial est que l’indépendant bénéficie des mêmes droits qu’un salarié en ce qui concerne les couvertures sociales. Un consultant porté peut donc profiter de :

  • La mutuelle d’entreprise
  • La cotisation pour la retraite
  • L’assurance chômage
  • L’assurance maladie…

Et ce n’est pas tout. En choisissant le portage salarial, vous aurez également droit à des congés payés. Ce n’est pas le cas pour un freelance.

Freelance VS portage salarial, que choisir ?

Freelance vs portage salarial, que choisir ?

Les statuts juridiques accessibles en freelance

Pour exercer ses fonctions, le freelance doit choisir entre le statut d’entreprise individuelle et celui de société.

Le statut d’entreprise individuelle

Le statut d’entreprise individuelle est très apprécié par les freelances. Il est simple et ne requiert pas grand-chose pour l’enregistrement. Cependant, il y a un seuil de chiffre d’affaires annuel à ne pas dépasser de 72 600 € pour les prestataires de services. De plus, ce statut ne met pas à l’abri votre patrimoine personnel en cas de crise. Autrement dit, si vous avez des dettes liées à votre activité professionnelle, le créancier peut saisir vos biens privés.

Pour éviter cela, les indépendants peuvent choisir un statut d’entreprise individuelle classique comme l’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée). Ce statut est plus complet et donne droit à une immatriculation.

Le statut de société unipersonnelle

La SASU et l’EURL sont des possibilités qui s’offrent aux freelances lors du choix de leur statut juridique. Les formalités d’inscription à ces statuts sont plus ou moins complexes et coûteuses. En principe, il faut prévoir un budget pour :

  • Les honoraires du professionnel chargé de la création de votre société
  • L’annonce légale
  • Les frais de Greffe…

Au niveau du régime social, vous avez le choix entre la SSI (sécurité sociale des indépendants) et le régime général.

Ce qu’il faut retenir

À partir de ces informations, on se rend compte vite que le salarié porté profite d’une situation professionnelle bien plus confortable que le travailleur freelance. Ce dernier prend en charge tout seul les missions liées à son métier, la comptabilité de son entreprise, la gestion administrative… Ce qui fait qu’il n’a pas toujours la liberté nécessaire pour se consacrer pleinement à son activité.

Alors, faut-il être complètement indépendant avec un statut de freelance ou indépendant en tant que salarié porté ? C’est un choix qui dépend fondamentalement de vos besoins et de vos préférences. Si la gestion comptable et administrative représente une tâche fastidieuse pour vous, le portage salarial est sans doute la solution la plus adaptée à votre situation. C’est une manière de vous lancer sans prendre de grands risques.