Selon les experts, le Covid-19 impactera grandement la vie professionnelle. Après la période de confinement due au coronavirus, le back to work impose quelques réaménagements des espaces de travail. Si le travail à distance se veut un grand gagnant, les open spaces restent de grandes victimes…

La vie de bureau en quelques chiffres

Selon le baromètre d’Actineo et de TNS Sofres concernant la qualité de vie au bureau, 65 % des actifs travaillent dans un espace fermé. Près de 30 % se trouvent dans un open space ou un espace collectif ouvert. Et le desk sharing ou bureau partagé concerne près de 5 % des personnes sans poste attitré.

Parmi les 65 % d’employés travaillant dans un bureau fermé, 32 % y travaillent seuls. Chez les cadres intermédiaires, ce chiffre s’élève à 46 %, et à 77 % chez les dirigeants. 33 % d’entre eux partagent leur bureau avec une autre personne.

Quand les entreprises doivent revoir leur organisation après le confinement

Avec le coronavirus, les entreprises sont contraintes de repenser l’organisation post-confinement. Selon les spécialistes, toucher à l’environnement de travail reste un point sensible qui nécessite un dialogue social de qualité. En tant qu’employeur, vous devez assumer vos responsabilités en termes de sécurité. Vous êtes également tenu d’informer et de former vos salariés.

Du côté des open spaces, ils devront également être repensés. En effet, les espaces de travail collectifs se voient densifiés au fil du temps. On y a entassé les employés pour optimiser l’espace et gagner en mètres carrés. Avec le coronavirus et les mesures sanitaires imposées, les entreprises sont contraintes d’amoindrir la densité de leurs espaces. Un environnement de travail bien plus agréable verra donc le jour puisque les employés ne seront plus collés les uns aux autres.

Qu’en est-il des alternatives à l’open space ?

Certaines entreprises optent pour l’installation de plexiglas sur les plateaux de travail en open space. Nous espérons cependant que cette solution ne sera que temporaire. En effet, vivre dans un scaphandre, éloigné de ses collègues, est loin d’être une atmosphère de travail agréable pour la plupart des travailleurs.

Ainsi, le bureau partagé se révèle une alternative efficace, notamment grâce à sa facilité d’entretien. En effet, désinfecter un lieu de travail exempt d’effets personnels s’avère bien plus facile.

D’autre part, le coworking ou cotravail reste une excellente solution pour renouer avec une ambiance de travail agréable. Exit les heures de trajet interminables, cette alternative offre également l’avantage de disposer d’un espace plus proche du domicile. Parfait allié du networking, le coworking permet souvent le partage des espaces entre plusieurs entreprises.

Par ailleurs, le travail à distance, que ce soit à domicile ou dans les espaces de coworking, bouleverse une grande partie des pratiques managériales. Les dirigeants seront donc amenés à gérer à la fois les collectifs à distance et les équipes en local.

D’autre part, même si nous allons de plus en plus travailler à distance, ce n’est pas pour autant la fin de la vie au bureau. Les locaux d’entreprises resteront le lieu où se tiendront les réunions, par exemple. Une salle de réunion plus grande, des plafonds plus hauts, un espace mieux aéré… l’entreprise se transforme pour améliorer les conditions de travail après la crise.