Edvard Munch était un graveur, illustrateur, dessinateur, sculpteur, fresquiste, photographe et cinéaste norvégien. Il est né le 12 décembre 1863 à Løten, de Christian Munch et Laura Cathrine Bjøllstad.

Un peintre marqué par la fréquentation précoce de la maladie et de la mort

L’enfance d’Edvard Munch est principalement marquée par la tristesse. Il est devenu précocement orphelin lorsque sa mère succombe à la tuberculose en 1868. Il n’avait alors que 5 ans.

En 1877, sa sœur aînée Johanne Sophie est emportée par la phtisie à seulement 15 ans. Puis c’était le tour de Laura Catherine, sa jeune sœur. À l’âge de 20 ans, lorsqu’une dépression grave lui a été diagnostiquée, elle se trouve internée à l’asile et y reste jusqu’à sa disparition en 1926. Son jeune frère médecin Peter Andreas succombe à la pneumonie en 1895, quelques mois seulement après son mariage.

Même si Edvard lui-même a eu une plus longue vie, il fut souvent malade durant son enfance. Il souffrait de bronchites chroniques et avait régulièrement des poussées fiévreuses.

Tous les décès qu’il y a eu dans la famille Munch auront une forte répercussion sur l’œuvre picturale d’Edvard. La municipalité d’Oslo l’honore en 1963 en donnant son nom à un musée, le Munch-Museet.

Edvard Munch : l’une des figures de proue de l’expressionnisme

Pour Edvard Munch, l’art est un héritage. En effet, sa mère et sa tante étaient de vraies passionnées de la peinture. À la mort de sa mère, Edvard a vu sa sœur aînée Johanne Sophie prendre la relève. Mais c’est sa tante Karen Marie Bjøllstad qui va vraiment l’initier à la peinture.

Après quelques années d’études techniques, il intègre l’école royale de dessin. Puis il commence petit à petit sa carrière de peintre au grand dam de son père. Grâce au peintre naturaliste norvégien Christian Krohg et ses amis, Edvard obtient une première bourse d’études. Il se rend alors en France et commence à travailler l’un de ses premiers tableaux : L’enfant malade.

Munch et la peinture expressionniste

Le deuil, la maladie et la tristesse ont érodé une bonne partie de l’enfance d’Edvard. Cela se remarque dans l’orientation qu’il imprime plus tard à son art. En effet, le peintre est souvent classé parmi les pionniers du courant artistique dénommé l’expressionnisme. Ce courant veut que l’artiste traduise de manière crue sa conception du monde.

Le peintre expressionniste communique au public la violence et la singularité de ses émotions. Et les armes dont il dispose pour cela sont les couleurs et les lignes de tableau. Edvard Munch se range bien du côté des figures de proue de ce courant artistique.

En 1893, Munch réalise Le Cri, le tableau qui a révélé l’engagement expressionniste de son art. Il arpente ainsi la piste de la célébrité. Au début du XXe siècle, il fait une exposition à Berlin, puis une autre à Prague. Avec le temps, l’artiste s’achète une maison à Asgårdstrand. Il y vivra avec Tulla Larsen jusqu’à leur rupture.

En 1908, il reçoit la distinction du chevalier de l’ordre de Saint-Olaf. Ayant fait fortune, le peintre achète en 1916 la propriété d’Ekely à Skøyen, non loin d’Oslo. Il y vivra jusqu’à ce que la pneumonie l’emporte le 23 janvier 1944 à l’âge de 80 ans.