La literie est l’élément central de la chambre à coucher. Elle doit être confortable pour assurer un sommeil réparateur à l’occupant de la chambre, mais aussi hygiénique. En effet, le linge de lit et notamment les draps et la couette peuvent être sources d’allergies, surtout pour les personnes sensibles aux acariens.

Ces organismes microscopiques vivent dans les milieux chauds et doux comme les couvertures et les couettes et se nourrissent de microparticules de peaux mortes et de cheveux pour rester en vie. Ceci explique d’ailleurs leur affection particulière pour la literie ! Étant l’une des principales causes d’allergies, les acariens doivent être évités au maximum. Pour ce faire, vous devez préférer la couette naturelle garnie de duvet d’oie ou de canard à celle synthétique.

Ce qu’il faut savoir à propos des allergies aux acariens

Les acariens sont des petits organismes semblables aux scorpions et aux araignées, à la différence qu’ils sont invisibles à l’œil nu. En effet, ils possèdent 4 paires de pattes, des poils et mesurent entre 0,2 à 0,4 mm de long. La cohabitation avec les acariens est parfaitement inoffensive pour les hommes à condition de ne pas y être allergique.

Les acariens sont la seconde source d’allergies après la poussière (dont le composant allergène majeur reste l’acarien d’ailleurs) et le pollen. Même si l’on parle d’allergie aux acariens, il faut savoir cependant que les allergies sont causées en réalité par leurs déjections et leurs carapaces.

Les personnes qui y sont sensibles peuvent donc voir leur état de santé se détériorer à cause de cette allergie, surtout en automne et en hiver, lorsque l’intérieur de la maison est plus chauffé et moins aéré. Ils deviendront plus sensibles aux maladies respiratoires et même aux affections cutanées et oculaires. Les symptômes de l’allergie aux acariens consistent d’ailleurs en des éternuements, des démangeaisons au niveau des yeux, des toux irritatives nocturnes, un nez bouché ou qui coule ainsi que des crises d’asthme dans certains cas.

Les bonnes raisons d’opter pour une couette naturelle en duvet

Outre le maintien d’une bonne hygiène dans l’habitation et l’aération régulière des pièces, le choix d’une couette en duvet constitue aussi un bon moyen de prévenir l’allergie aux acariens, entre autres avantages.

La couette naturelle en duvet est recommandée en cas d’allergie

Une idée reçue persistante voudrait que se couvrir avec une couette provoque des allergies et pourtant, selon le site Castex, des études médicales ont démontré que le duvet et la plume ne sont pas un milieu favorable pour les acariens. Ils réduisent ainsi le risque d’allergie aux acariens pour les personnes sensibles.

L’Association Européenne des Industries de Plumes et Articles de Literie (EDFA) quant à elle, a publié un article informatif sur les qualités non allergènes du duvet en s’appuyant sur des études relatives à ce sujet.

La couette naturelle est plus confortable

Grâce au garnissage en plumes, la couette naturelle est plus confortable. Elle est thermorégulatrice et plus légère qu’une couette synthétique assurant une très bonne circulation de l’air grâce à l’évacuation de la transpiration et l’humidité pendant la nuit. Cette circulation de l’air limite aussi les allergies aux acariens et à la poussière.

La couette naturelle et durable

Les couettes naturelles garnies avec du duvet ou des plumes durent plus longtemps que les couettes synthétiques qui ont tendance à se tasser au fil du temps. En optant pour un produit de qualité premium, vous vous assurez de disposer d’une couverture qui durera plusieurs années.

Il faut savoir que la durée de vie d’une couette naturelle est de 10 à 15 ans supérieure à celle d’une couette synthétique, ce qui vous permettra d’amortir le prix d’achat. Pour ce faire, assurez-vous que le garnissage de la couverture ait été effectué à partir d’un duvet qui n’a subi aucun traitement chimique, qui a été lavé avec un savon biodégradable et stérilisé conformément aux normes sanitaires européennes et garanties Oeko-Tex. Il faut d’ailleurs savoir que le duvet d’origine européenne subit aussi un traitement antiacarien afin d’assurer que la couette est hypoallergénique.

Comment bien choisir sa couette naturelle ?

Toutes les couettes naturelles ne se valent pas, vous devez donc prendre en compte certains critères afin de vous assurer de faire le bon choix lors de l’achat. Le premier point à considérer lors de l’achat de la couette est le type de duvet utilisé pour son garnissage. Le duvet d’oie est le plus indiqué si vous cherchez une couette chaude avec un fort pouvoir gonflant.

Ce qui ne signifie pas pour autant que le duvet de canard soit bas de gamme puisqu’il garantit un confort thermique équivalent. En optant pour un duvet de canard français (le mulard) qui a été élevé en plein air à la ferme et abattu à maturité, vous pouvez bénéficier d’un bon rapport qualité-prix. Sachez que le gonflant de la couette est garanti par un piquage traditionnel permettant d’obtenir un garnissage homogène et équilibré sur toute la surface.

L’enveloppe de la couette naturelle

L’enveloppe de la couette compte aussi pour beaucoup dans la qualité de la couverture, car c’est elle qui empêche le duvet de s’échapper. Vous devez de ce fait opter pour une enveloppe dotée d’un tissage serré avec une densité comprise entre 120 et 10 fils/cm2. Il s’agit d’une information que vous pouvez vérifier sur l’étiquette du produit. Pour ce qui est de la matière, optez pour du coton, de la soie de coton ou du bambou. Le coton bio est le plus indiqué, car il assure une évacuation optimale de l’humidité.

Le grammage

C’est son grammage qui détermine le poids de votre couette. Plus il sera important, plus la couette sera lourde mais à performances d’isolation égales, les couettes naturelles restent plus légères que celles synthétiques.

Ainsi, il est conseillé d’opter pour un grammage de 180g/m2 si vous voulez une couette d’été. Pour une couette d’hiver, visez un grammage compris entre 300 et 450g/m2, notamment si vous souhaitez sentir le poids de la couette sur votre corps pendant que vous dormez. Notez que la couette d’hiver n’est indispensable que si vous dormez dans une pièce pas chauffée et que la température y est inférieure à 16°.